Le développement des usages numériques et l’essor des projets «smart territoires» au sein des collectivités augmentent le risque cyber. La FNCCR, fortement engagée sur le sujet, a confié à un groupe d’experts, composé des équipes Tactis, Devoteam et Parme Avocats, une étude dédiée à la cybersécurité des collectivités.

L’étude dresse un état des lieux de l’appréhension du risque cyber et de la maturité des collectivités en la matière, qui révèle l’urgence de la situation. L’étude débouche sur la mise à disposition de fiches d’analyse, de conseils pratiques et juridiques ainsi que sur la formulation de recommandations, dont certaines appellent des évolutions structurelles et réglementaires rapides.

Après 6 mois de travaux incluant des entretiens qualitatifs et une large consultation en ligne, qui a permis de créer un échantillon représentatif et de recueillir 240 réponses approfondies à un questionnaire, les résultats de l’étude Tactis / Devoteam / Parme Avocats pour la FNCCR ont été présentés aux premiers élus en juin dernier et sont désormais accessibles librement sur le site Internet  de la fédération

Seulement 12 % des collectivités appréhendent les enjeux de la cybersécurité.
Dans le cadre de projets de villes et territoires intelligents, les usages numériques des collectivités se développent rapidement, dans un contexte de multiplication forte des services, applications et plateformes de données, avec des enjeux clés liés à la complexification des systèmes d’information et à l’interopérabilité́ entre anciens et nouveaux systèmes.

Face à cette situation inédite et aux risques croissants associés, le niveau de compétences et les moyens varient sensiblement selon le profil des collectivités, mais restent nettement insuffisants. Seulement 12 % des structures interrogées ont connaissance de mécanismes juridiques concrets pour répondre aux enjeux de cybersécurité́.

Malgré les nombreuses attaques recensées et leur impact sur l’organisation des structures touchées, la perception du risque cyber reste limitée alors qu’une sensibilisation et une formation accrues seraient de nature à éviter une part significative de ces attaques.

C’est pourquoi, l’étude propose une série de fiches pratiques d’analyse de cas d’usages ainsi que 10 recommandations à destination des collectivités.

FNCCR >> Etude complète

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.